Bon dimanche !

Pour découvrir un numéro précédent il vous suffit de cliquer sur la date

Mini « Bon Dimanche » décembre 2023

Mini « Bon Dimanche » Epiphanie 2024

Mini « Bon Dimanche » 21 janvier 2024

Mini « Bon Dimanche » 28 janvier 2024

Mini « Bon Dimanche » 4 février 2024

« Bon Dimanche » Carême 18 février 2024

« Bon dimanche » Carême 25 février 2024 même si, il est daté au 18 !

« Bon Dimanche » Carême 3 mars 2024

« Bon Dimanche » Carême 10 mars 2024

« Bon Dimanche » 24 mars 2024

« Bon Dimanche » 31 mars 2024

LE CASUEL ?

Le nouveau casuel pour les funérailles et les mariages.

Ce mot inhabituel de « casuel » désigne la somme d’argent qu’une famille donne volontairement à l’Église catholique, lors de funérailles, mariages ou autres actes religieux. Ce n’est pas un tarif ou un prix au sens propre, car il s’agit de proposer un ordre de grandeur pour un don qui permette de couvrir les frais de la célébration religieuse à l’église paroissiale.

Pour harmoniser le dispositif des différents diocèses francophones, les évêques de Belgique francophone ont décidé de porter le casuel pour les funérailles et les mariages à 200 euros à partir du 1er janvier 2020, afin de mieux correspondre aux coûts effectifs de la célébration. Chaque diocèse est libre de répartir comme il l’entend cette somme entre les différents intervenants de la célébration. En effet, ce n’est pas le prêtre, le diacre ou les célébrants laïcs, qui reçoivent l’intégralité de ces 200 € ! Bien au contraire. Il faut en effet, tenir compte du personnel, souvent bénévole, tels le sacristain et l’organiste. Ensuite, il faut participer aux frais d’encadrement et de formation des personnes qui interviennent, fonctions qui sont assurées par le diocèse et l’Unité pastorale locale.

Dans le diocèse de Liège, le casuel de 200€ se répartira comme suit : 60 € pour la fabrique d’église pour couvrir les frais liés au bâtiment : chauffage, éclairage, fournitures liturgiques, entretien et nettoyage, 50€ pour l’évêché pour avoir fourni la formation et l’encadrement des personnes qui mettent en œuvre la célébration, 15 € à l’Unité pastorale pour l’accompagnement qu’elle offre, les 75 € restant pour la prestation des différents acteurs directs.

Vu qu’il ne peut y avoir de célébration liturgique de dernier adieu (ou « absoute ») dans un funérarium, mais seulement dans une église paroissiale, aucun casuel n’est prévu pour une prière au funérarium, que ce soit pour la veillée ou pour le jour des funérailles. La disposition est d’application dans tous les diocèses de Belgique.

Pour ce qui est du crématorium (Robermont et Welkenraedt), on peut y célébrer un dernier adieu. Le casuel reste fixé à 75 euros.

Grâce à ces dispositions, nous voulons que les funérailles soient célébrées avec soin et dignité. Ainsi les prêtres et les équipes de conduite des funérailles pourront répondre aux attentes et à la douleur des familles en deuil ; ils pourront témoigner de l’esprit évangélique d’attention aux personnes souffrantes et ils prieront en union avec les vivants pour le repos de l’âme du défunt et son accueil par le Père de miséricorde.

Quant aux mariages, nous désirons autant qu’ils soient célébrés avec soin et qu’ils ouvrent chaque participant à l’esprit d’amour dans lequel s’engagent les nouveaux époux.

 

Décret épiscopal du 17 novembre 2017

 

 

BON DIMANCHE, les archives du petit journal de confinement

Petit journal numéro spécial !

Bon dimanche n° 11

Bon dimanche n° 11 Spécial Pentecôte

Bon dimanche n° 10

Bon dimanche n° 9 bis  » Spécial Ascension »

Bon dimanche n° 9

Bon dimanche n° 8

Bon dimanche n° 7

Bon dimanche n° 6

Bon dimanche n° 5

Bon dimanche n° 4 « Pâques »

Bon dimanche n° 3

Bon dimanche n° 2

Bon dimanche n° 1

Bonjour à tous!

Juste un petit mot  pour vous souhaiter  à tous un « bon et beau dimanche »!

Ce souhait résonne peut-être de manière étrange ce matin…

Si notre devoir citoyen, et responsable  en ce temps de crise sanitaire est de « garder le maison », 

En équipe pastorale, ensemble,  nous aussi à notre manière,  nous  gardons la maison!

Alors surtout, en ce moment particulier, restons proches et unis par la prière! 

Et confions au Seigneur nos communautés, peut-être  en  faisant défiler en nos coeurs les visages de celles et ceux qui, fidèles,  de tous âges, se rassemblent chaque dimanche pour la messe dans les  églises de notre UP, et que nous côtoyons habituellement. En pensant à tous ceux qui sont au service de nos liturgies, les équipes liturgiques, nos chantres et organistes, nos sacristains et acolytes, les lecteurs, les membres des fabriques d’église, notre équipe pastorale, les membres du CUP, ceux qui préparent Etap-Autel. Et aussi les membres de nos différentes équipes, les enfants de la catéchèse de première communion et de profession de foi et leurs catéchistes, les familles que nous préparons au baptême de leur petit enfant, Espérance en son chemin de catéchuménat, Les jeunes qui se préparent à la confirmation et leurs animateurs, les couples qui se préparent au mariage. Les enseignants de nos écoles Et surtout ceux qui sont plus isolés en ce temps de  confinement: les malades et ceux qui les entourent, les personnes qui vivent dans nos maisons de repos, à Clairefontaine, aux trois rois et ailleurs.., ceux qui sont hospitalisés à Hermalle et dans les hôpitaux de la région et ceux qui les accompagnent, les soignants, infirmiers et médecins.  Les familles en deuil..

Pensons aussi à ceux que la situation actuelle prive aussi de notre soutien, les plus pauvres, les plus fragiles,  ces familles qui font la manche à la sortie des messes… Et tant et tant  de visages…

Ceux de nos proches, des membres de nos familles, les plus jeunes et les plus âgés, nos amis…tant  et tant de visages…

Oui notre prière ce dimanche est chargée d’un poids particulier d’émotion et d’impuissance.

Nos églises sont vides ce dimanche… mais elles restent habitées d’une Présence. Celle de Celui qui a promis qu’il serait toujours avec nous, tous les jours de notre vie!

Notre communion sera spirituelle et intense, nous gardons la maison!

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer.
 (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Bon et beau dimanche!

José

Et Peut-être à la manière de Don Camillo !

https://www.facebook.com/lemondedesavengers/videos/1195028063897871/UzpfSTEwMDAwNDI4MDgyNjE5MToxNTcyOTA4MTYyODYxODYz/